J’ai été victime d’un sinistre lors d’une catastrophe naturelle : quels sont mes droits ?

Vous avez été victime d’une catastrophe naturelle qui a été reconnu par arrêt interministériel ? Il est très important de se poser des questions sur vos droits, notamment sur l’indemnisation, les modalités de déclaration du sinistre auprès de votre assurance ainsi que les dégâts couverts par cette dernière. Alors, c’est ce que vous allez découvrir ci-contre.

L’indemnisation en cas de catastrophe naturelle

Après des phénomènes naturels dévastateurs, la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été faite par les autorités. Dans ce cas de figure, vous avez le droit de demander une indemnisation auprès de votre assurance habitation multirisque. En effet, la garantie d’indemnisation en cas de sinistre lors d’une catastrophe naturelle est obligatoirement incluse dans cette dernière. Toutefois, il est important de remarquer que les assurances à titre locatifs ne prennent pas en charge ces dégâts. Par ces propos, faites une demande d’indemnisation auprès de votre assureur multirisque et jouissez pleinement de vos droits.

Les procédures à suivre pour vous faire indemniser

Les catastrophes naturelles sont plutôt de nature dévastatrice et ravageuse. Dans cet axe, l’état des dégâts ont été confirmé par un arrêt ministériel. Ainsi, vous disposez d’un délai de 10 jours pour déclarer votre sinistre à votre assurance. Pour ce faire, adressez un courriel à votre assureur en y mentionnant une liste des dommages précis. Aussi, il est important d’y joindre une preuve des dégâts pour appuyer l’existence du sinistre lors d’une catastrophe naturelle. Dans ce sens, vous allez recevoir une provision d’indemnisation au bout de deux mois d’analyse de votre dossier. Toutefois, l’indemnisation complète interviendra au bout de trois mois au maximum.

Quels sont les dégâts couverts par l’assurance catastrophe naturelle ?

Il est important de noter que la nature des dégâts prises en compte en cas de sinistre lors d’une catastrophe naturelle est toujours prisée dans l’arrêt interministériel. Ainsi, vos biens qui ont subit des dégâts et sont directement lié à la catastrophe, seront pris en compte si cela ne dépasse pas le plafond de votre garantie. En revanche, les dommages liés de façon indirecte à cette dernière à l’instar de vos frais de logement, la perte de jouissance de bien etc. resteront à votre charge. Dans cet axe, vos biens immeubles et meubles seront couverts par votre garantie. Toutefois, la franchise restera à votre compte vue que ce contrat n’a pas de condition dédiée spécialement pour lui. En perspectif, en cas de sinistre lors d’une catastrophe naturelle, vous aurez droit à une indemnisation de la part de votre assurance habitation multirisque.

Quelle est l’organisation judiciaire ?
Pourquoi faire du droit privé ?